You are currently viewing Richard Yasmine, orientalisme et érotisme

Richard Yasmine, orientalisme et érotisme

Richard Yasmine est un décorateur et designer libanais, installé à Beirut, dont la renommée ne cesse de croître. A la fois imprégné de sa culture orientale et engagé avec ferveur dans un mode de vie contemporain, il élabore des collections de mobilier et d’objets d’art tout à fait inédites mêlant préciosité des matériaux, motifs travaillés, lignes pures et allusions érotiques…

Richard Yasmine, orientalisme et érotisme 1

Richard Yasmine reste très inspiré par des motifs propres à une certaine esthétique orientale: formes découpées, répétées, imbriquées.

Pour cette table par exemple, Everlastingreen (voir ci-dessus), Richard Yasmine reproduit et réinvente le motif du moucharabieh et évoque, avec lui, la richesse des cultures orientales, ottomanes et méditerranéennes dont est empreint le Liban. Ce mobilier oriental, autour duquel on sirote un café, on mange ou joue aux cartes, qui a traversé les époques, Richard Yasmine souhaite lui redonner vie.

La collection de miroirs intitulée Ashkal (voir ci-dessus) est, elle, inspirée du célèbre musée Sursock à Beirut (Liban) dont la façade est décorée d’une multitude de motifs aux formes géométriques. Ces miroirs de main, tous tranchés dans des formes pures et simples – rectangles, carrés, ovales ou pentagones – révèlent une toute autre dimension, plus sculpturale, une fois posés sur leurs socles de marbre, métal ou laiton.

Le travail de Richard Yasmine est également marqué par un certain goût pour les allusions érotiques. L’artiste, parce qu’il se sent également attaché à un mode de vie très contemporain, souhaite faire de la place à l’évocation de la sexualité et même de l’homosexualité au sein d’une société parfois peut-être un peu trop traditionnelle.

Avec sa table Glory Holes, par exemple (voir ci-dessus à gauche), Richard Yasmine évoque assez clairement, par son titre et sa structure composée d’éléments phalliques en laiton poli, un objet (ou accessoire) propre à l’univers du X.

Plus subtilement, avec la paire de guéridons intitulée Clou (voir ci-dessus à droite), Richard Yasmine, évoque l’idée de pénétration. Imitant parfaitement la forme du clou, ces guéridons rappellent la fonction même de cet objet: assembler deux éléments. Composés d’une tête plate et d’une pointe acérée, ces tables ne deviennent tables que si elles pénètrent leur socle. Une fois ces deux éléments assemblés et la douleur à laquelle peut renvoyer cette transperssion oubliée, l’objet né.

Richard Yasmine, orientalisme et érotisme 7

Enfin, avec sa série d’objets décoratifs composés de vases, soliflores et autres carafes, intitulée Plugged (voir ci-dessus), Richard Yasmine évoque beaucoup plus clairement la problématique préoccupante du sexe non protégé. Ces différents contenants, en verre soufflé d’une finesse exceptionnelle, sont accompagnés d’éléments en laiton que l’on retrouve dans d’autres créations du même artiste. Ces sortes de socles dorés, à l’allure très phallique, invitent les récipients à se poser sur eux. Ces bijoux de laiton se retrouvent enveloppés – et protégés – par les verreries de façon assez sensationnelle et sensuelle. En choisissant de présenter et d’assembler ainsi ces objets, Richard Yasmine évoque la sexualité et lance un appel franc en faveur du sexe protégé.